DSCN5586

La vedette était là, en vrai, accueillie par une "standing ovation" avant même de souffler la moindre note.
Le public était conquis d'avance.
Pas moi.
Qu'avais-je à écouter une musique qui arpentait des sentiers déjà très bien balisés du jazz ?
Mais la curiosité, ça ne se guérit pas.
Tout d'abord, il faut bien en passer par là : c'est un extraordinaire musicien !
Une technique irréprochable, de très belles sonorités, et un encrage solide dans l'histoire d'un certain jazz : retrouver ce parfum, ces superbes phrases d'un passé révolu ... Que du plaisir !
D'autant qu'il ne s'agit pas d'un revival nostalgique mais bien d'une re-création; et c'est ça qui dérange et qui séduit. Ce passé mérite qu'on le retravaille encore et encore. Il reste bien des choses à en faire et il le prouve.
Cela me fait penser à la démarche du jazz manouche qui ne se contente pas de s'inscrire dans la tradition de Django. Sans doute faut-il pour cela des musiciens de tout premier plan.
Belles leçons de musique.
Passons à quelques témoignages, limités (mauvaise qualité de l'image et du son).
Tout d'abord, un exemple de son phrasé :

Puis une séquence :  "L'homme au chapeau"

Talent à ne pas bouder.
Acheter sans regrets CDs et places de concerts.