Il me tardait de voir Americ Avice investir la Miroiterie (menacée).
Il l'avait déjà fait, à plusieurs reprises, mais je n'étais pas au rendez-vous.

Il m'avait fait forte impression lors d'un concert à Radio France (Radiation X) et l'entendre en leader était la promesse d'un jazz offensif, plein, vivifiant. Objectif atteint (oui, je sais, L'Oréal).

Il était entouré de musiciens à la réputation très solidement installée sur la scène du jazz parisien : Matthieu Jérôme (piano; Collectif Slang (je crois), 5tet de Benjamin Sanz), Boris Blanchet (ts; même 5tet, duo avec Daniel Jeand'Heur, etc.), Philippe Gleizes (dms; Jus de Bocse de Médéric Collignon, Chief Inspector). Blaise Chevallier (b) était là pour le 2e fois aux côtés de Boris Blanchet à la Miroiterie.

Une soirée placée résolument sous l'ombre tutélaire de John Coltrane.

Il me semble révélateur de donner à entendre ce quintette dans une phase où les souffleurs n'ont pas le premier rôle, tout du moins au début de chaque séquence (il y en aura deux, en continuité l'une de l'autre). Les deux vidéos débutent par un trio piano, basse, batterie.
Une première séquence en trio époustouflante d'énergie et d'inspiration. Le piano et la batterie avaient chacun leur chant propre, se déployant sans entrave, comme dans la plus belle tradition du free, la basse articulant l'ensemble. Chemins de traverse, rencontres, bifurcations etc. Puis une prise de parole de Boris Blanchet, quasi hypnotique, renouant avec le chant parkerien, avec des ponctuations de trompette bouchée d'Aymeric Avice, servis par une rythmique remarquable.



Reprise du trio rythmique puis c'est au tour d'Aymeric Avice qui ralentit le tempo. Dialogue avec Boris Blanchet, alors que Philippe Gleizes impulse à nouveau un rythme enlevé : un quintette inspiré, du très beau free. Boris Blanchet bifurque, change de thème. La connivence entre les deux souffleurs est là, le plaisir d'être ensemble, en forme. Puis nouveau solo d'Aymeric Avice, très mélodieux, aux sonorité rugueuses, changeantes, dans une atmosphère coltranienne à souhaits, avec une rythmique toujours aussi obsessionnelle, inventive


Ce dimanche là, une nouvelle fête nous était offerte, d'un certain jazz, celui des chemins de traverse.
Mention spéciale, et c'est injuste compte tenu de l'excellente qualité des autres musiciens, pour Boris Blanchet, totalement dans le sujet, dés les premières notes, le corps toujours en mouvement, même lorsqu'il ne jouait pas, comme habité par la musique, le sourire aux lèvres lorsqu'il choisissait une partition, anticipant les futurs plaisirs.
Des musiciens à voir et revoir encore.

A noter, les 24 et 25 avril, la Fabrique du Macadam, avec Aymeric Avice, et, en première partie de la jam du dimanche 26 à la Miroiterie (88 rue de Ménilmontant), Benjamin Sanz reçoit Sylvain Kassap.

Liens utiles :
http://www.myspace.com/aymericavice ;
http://www.myspace.com/philippegleize ;
http://www.myspace.com/benjaminsanzquintet ...

... et l'album photo de la soirée .

Retrouver toutes les chroniques "Jazz sur le Web".