Patrick_SaussoisLors de la nouvelle de l'accident de santé de Patrick Saussois (photo ci-contre), on a assisté à une belle mobilisation du monde du jazz. C'est qu'il n'est pas seulement un excellent représentant du jazz manouche; il fait partie de la Famille, celle du jazz. Pourquoi donc s'ignorer pour ne se rassembler que lors d'événements tristes ?

C'est pourquoi, modestement, j'ai ouvert une petite page sur le portail de jazz  , dédiée à ce courant musical.
Son adresse ? http://www.netvibes.com/jazzaparis#Jazz_Manouche

Il est vrai que cette musique a une place bien spécifique.
Elle reprend, sans vraiment la chercher, la démarche de Miles Davis : en réaction à une évolution du jazz vers des figures plus exigeantes, moins immédiates (le Free Jazz d'alors), il avait proposé (à Woodstock je crois) un changement radical pour faire d'une certaine forme de jazz une musique à plus large audience. Bien des talents se sont depuis engouffrés dans cette brèche finalement féconde.

Le Jazz Manouche, de son côté, pourrait être regardé comme une "sublime répétition" de la percée réalisée en son temps par Django Reinhardt.
Cette musique est par ailleurs, bien souvent présente lorsqu'un patron de bistrot souhaite créer une animation jazzy (voir par exemple l'excellent café Saint Jean, M° Abbesses).
Elle est associée à une ambiance conviviale et festive. Un swing implacable. Nul besoin d'avoir sa carte du parti des "Authentiques JazzFans" pour y prendre plaisir, le plus souvent entre amis, le pied battant la mesure, irrésistiblement..

Mais le jazz manouche est bien plus que cela.
C'est d'abord, évidemment, une école de l'exigence. Nombre de ses représentants sont d'authentiques virtuoses.
C'est aussi et surtout une musique qui a des racines profondes dans cette communauté, un peu à l'image du blues et du jazz chez les noirs du siècle dernier. Angelo Debarre remerciait en son temps les médias pour avoir permis au fil bien distendu de cette tradition de reprendre force et vigueur. Ce n'est donc pas une "simple" esthétique musicale.
Enfin, c'est une musique ouverte aux rencontres. Surprise de voir le thème "Impression" de Coltrane repris par Adrien Moignard. Fréquentes rencontres de musiciens d'horizons différents. Portes des clubs de la rue des Lombards qui s'ouvrent pour des séquences spéciales manouches.

Il est vrai que pour ma part, j'attends avec curiosité et intérêt l'arrivée d'un John Zorn du manouche. J'en entends déjà quelques vagues notes dans ma tête.
Cela viendra peut-être.
En attendant, rendez-vous sur la page "Jazz Manouche"

Retrouvez toutes les chroniques "Jazz sur le Web".