The Kris Wanders Outfit - Not Two MW 856-2
KRISCOVERCOVER

"En souvenir de la race humaine" est le titre d'un des derniers albums de Kris Wanders, enregistré le 16 mai 2009 et publié il y a peu.

C'est aussi le titre d'une courte nouvelle d'Hugo Raes (Belgique flamande) qui est l'objet essentiel du texte de la pochette de ce CD. Cet écrivain avantgardiste se fait connaître, nous dit-on, par ses positions anti-cléricales, par son opposition aux régimes autoritaires et à la censure, par son engagement en faveur de l'euthanasie, ainsi que par son intérêt aux déchéances du corps et de l'esprit. Un révolté, un écorché.
Il me fait penser à la couverture de l'un des dernier opus de Guillaume Belhomme et Philippe Robert "Free Fight / This is our (new) thing".

Free Fight this is our (new) thing - détail

Le combat, la violence, la révolte comme matière même du Free Jazz.
Et c'est ce qui saute aux oreilles en écoutant ce disque. Il est totalement Free, un Free primal, d'une puissance incroyable, intacte un demi-siècle après son émergence, comme si l'énergie de cette musique était consubstancielle au combat sociétal, politique.
Pas d'émancipation de la nation noire ici, d'ailleurs le blues en est totalement absent, mais les violences des puissances en place partout dans le monde suffisent à alimenter encore et toujours ce jaillissement.
Et comme si ça ne suffisait pas, l'enveloppe en papier qui contient la galette est encore l'objet de citations de la même veine de Josef Skvorecky qui se termine en substance par "Des arts populaires comme le jazz, deviennent protestations de masse. C'est pourquoi les armes idéologiques et parfois celles des policiers de toutes les dictatures visent les hommes avec des "cors" (horns)."

Un certain FreJazz est ainsi installé durablement face aux forces qui veulent nous dominer encore et toujours.
Voilà pour le combustible de cette réaction en chaîne, de cette déferlante incandescente.

Les musiciens ? Nous en avions déjà parlé lors de la chronique d'un concert mémorable aux Instants Chavirés, le 13 mai 2009, situé donc trois jours avant l'enregistrement du CD. On y retrouve Kris Wanders (ts), Johannes Bauer (tb), Peter Jacquemyn (b) et Mark Sanders (dms). C'est le "Kris Wanders Outfit", un quartet composé de musiciens de haute volée, quatre de l'Europe du nord (comme ceux du Globe Unity).

Un extrait de la première piste pour sentir cette énergie : il met particulièrement en évidence l'efficacité redoutable de Mark Sanders et de Peter Jacquemyn aux côtés des déchirements, de la désespérance du chant de Kris Wanders.


...

Pourrait-on se faire encore plaisir ?
Ecoutons-voir une séquence (environ 5 mn) de cet événement aux Instants Chavirés (vidéo "privée")


...

Procurez-vous ce disque (NotTwo Records MW 856-2) ou arrangez-vous pour qu'on vous l'offre : vous aurez souvent l'envie de le poser sur votre platine.

Quand la musique se fait aussi belle, on ne peut comprendre que leur auteur ne soit pas invité bien plus souvent en Europe, à Paris.

NB : voir aussi chronique d'un autre CD de Kris Wanders, "Spontaneus acts of provocation" .

---
Retrouvez toutes les chroniques "CD etc.".