libre(s)ensemble

Un accord plaqué de guitare, répété d'une manière obsédante, modulé pour introduire le thème, puis retour à l'accord accompagné cette fois de la batterie, puis retour du thème : tout est bien installé dans notre mémoire. C'est le moment pour d'autres instruments de s'inviter pour des infra-improvisations, des cris, des phrases comme déchiquetées qui s'appuient sur cette régularité quasi jazz-rock de la guitare. On pense immanquablement aux phases de "flottements free" mingusiens, puis le thème revient, joué cette fois par tout l'orchestre. La clarinette basse hésite, balbutie, mais la guitare et ses accords obsédants reviennent en force pour clôre la pièce, "La Foley".

Une intro en duo, guitare électrique et batterie, cette dernière toute d'irrégularité, puis une pulsation de peu notes à la contrebasse pour appeler le thème. Un bien bel arrangement qui permet à l'orchestre de déployer toutes ses irisations. Et au lieu de l'envolée instrumentale qu'on imagine à la fin, un curieux duo batterie - clarinette basse où le discours est comme murmuré et hâché, puis des déchirements et des cris, comme pour mettre plutôt l'accent sur la matière sonore. Les phrases à la clarinette se font de plus en plus longues, fascinantes, de plus en plus chantantes. Retour du thème, répété encore et encore, accompagné d'improvisations lyriques, "Bruno Rubato".

On pourrait ainsi poursuivre la maladroite tentative de description des différentes piste de ce très beau disque. Mais le surprenant mélange de régularités et de chaos, la qualité des arrangements (ils sont réputés collectifs, dont acte), la variabilité du déploiement instrumental, la séduction des thèmes ... sont déjà là pour un voyage abordant terrains (modérément) balisés et espaces d'aventures.

Cependant, les couleurs, les références changent d'une pièce à l'autre.
En témoignent par exemple deux pièces au coeur du disque qu'on pourrait presque opposer : "Free for Ornette"(tout est dans le titre) et le "Chant des Canuts" qui remue des accents qu'on croyait oubliés.
Et que dire du très changeant, du très chatoyant, "Free KC to Gawa" ?

Comme il est ici de tradition, un piste est mise en libre écoute : il s'agit cette fois de la dernière pièce du CD "Crépuscule avec Nelly". Avec un tel titre, on se précipite sur l'un des Monk, pour réécouter "Crepuscule with Nellie". Impossible qu'il n'y ait pas de convergence, de citation ... Et pourtant je n'ai pas trouvé de réminiscence, probablement en raison d'une surdité envahissante.

On y trouve un curieux mélange d'accents du Liberation Music Orchestra, avec un thème en forme d'hymne d'un pays imaginaire, et un traitement Free.

Un beau télescopage. Une belle réussite collective.

Une musique qui suscite bien des enthousiasmes : voir d'autres chroniques + l'article sur "Grands Formats" .

---
Dernier projet en date du réseau imuZZic animé par Bruno Tocanne, ce CD réunit les musiciens suivants :
Rémi Gaudillat (tp), Philippe Gordiani (g), Benoît Keller (b), Arnaud Laprêt (perc), Fred Meyer (g), Elodie Pasquier (cl) sur "La Foley" et "Bruno Rubato", Fred Roudet (tp), Damien Sabatier (saxes), Bruno Tocanne (dms).
Libre(s)ensemble IMR 003

---
Retrouvez toutes les chroniques "CD etc.".