Hamid Drake - photo dolphy00 
10-01-27_Souffle 203_Hamid Drake

Hamid Drake en solo : un moment qui reste en mémoire.
Il s'agissait de la présentation du 3e opus du cycle Bindu, Reggaeology (RogueArt, 2010) au Souffle Continu le 27 janvier 2010.
Une précédente chronique avait été mise en ligne sur Jazz à Paris : Hamid Drake ou la nuit Basie de Monk .
Elle était accompagnée d'un solo époustouflant au tambour de peau de 7 minutes.

Retour sur ce moment, près de deux ans plus tard, avec cette fois la vidéo de la première partie, inédite jusqu'ici, une pièce de près de 22 minutes, en guise de cadeau de nouvel an à tous les amateurs de jazz.
Fluidité de la gestuelle d'Hamid Drake; apparente décontraction. Ici, pas d'effet virtuose visible, pas de performance quasi sportive.
Non, la musique et rien d'autre. Ou du moins, la musique et la spiritualité qui l'inspire, une forme de panthéisme.
Une richesse quasi mélodique, des changements d'ambiances accompagnant les changements de baguettes, des passages du groove (plus ou moins répétitif) au formes libres, au free.

Un incident, comme il en arrive en direct : une vis qui s'échappe. Et c'est une tentative délicate de poursuivre le concert en essayant en même temps de réparer (après la 16eme minute). Un autre batteur vient à la rescousse, Théo Jarrier, et la fête reprend de plus belle.

Prêt ?


Lien direct : http://youtu.be/tf23YldK4QU

On peut voir (ou revoir) les photos de ce concert en cliquant sur l'image

CD Cover

Hamid Drake sera présent au festival Sons d'Hiver, le 28 janvier, au sein de l'octet de William Parker "Universal Tonality" (Théâtre Claude Levi-Strass, Musée du quai Branly, 18h, 15 €).

Sons d'hiver 2012

 

---
Retrouvez toutes les chroniques "Jazz sur le Web".