Daunik Lazro & Roger Turner - photo extraite de la vidéo
11-12-02_6_Daunik Lazro, Roger Turner

Le 4 décembre dernier, un concert dont le Souffle Continu (libraire, disquaire) a le secret. Entre 40 et 70 minutes avec une petite formation, parfois même en solo. Des concerts souvent passionnants devant un public averti, fidèle, qui trouve là l'occasion de se rafraichir les oreilles, d'échanger avec d'autres fondus, parfois avec le ou les musiciens. Le luxe fantastique d'écouter ces créations à proximité immédiate de ceux qui les produisent.

Une chronique est déjà disponible sur Jazz à Paris. Elle permettait de voir les deux dernières séquences de ce concert réunissant le duo Daunik Lazro et Roger Turner.

Pourquoi y revenir ? Parce que la première séquence, partielle (il y manque les dix premières minutes), s'est révélée encore plus passionnante. Elle dure environ 24 minutes.
Bien sûr, il aurait été possible de couper, d'élaguer pour tenter d'isoler les moments les plus bouleversants, ou pour tenir compte d'une attention qui s'effiloche au cours du temps ou encore pour sacrifier à la tendance au zapping, au "best of". Oui, c'est vrai, et ceux qui préfèrent les formes courtes peuvent revoir les précédentes vidéos.

Mais les artistes sont humains, même si parfois on en doute. Autant les suivre pas à pas, dans les méandres de leur sensibilité, surtout lorsqu'ils sont en forme, comme ce fut le cas ce jour là .
"... un très grand moment, vraiment intense, comme rarement à la boutique. Lorsque ces deux vieux briscards, Daunik et Roger pour ne pas les nommer, sont ensembles, c'est juste un sublime moment de musique, qui nous nourrit encore pendant un certain temps ..." (Théo Jarrier).

Débranchez-vous du quotidien pour consacrer la prochaine demi-heure à ces deux artistes.


Lien direct : http://youtu.be/SVXqNwkgOe4   .

Un plaisir qui ne vient pas seul.
D'abord, une très belle interview de Daunik Lazro qu'on doit à Guillaume Tarche sur le site du Grisli .
Ensuite, fin janvier, le 27 au Triton, vous pourrez retrouver ces deux grands improvisateurs avec un troisième, tout aussi fantastique, Jean-François Pauvros : le trio Curare. Pour en savoir plus, il suffit de cliquer sur l'image de la pochette de leur disque : quelques mots, un extrait sonore et de belles photos en noir et blanc sur le site d'Emouvance.

curare

Voir aussi chroniques de "some other zongs" et de "Pourtant les cimes des arbres" .

Une fin d'année 2011 exceptionnelle de Daunik Lazro.
Gageons que l'année 2012 sera encore meilleure.

---
Les vacances se finissent. Jazz à Paris et Flux Jazz reprennent chacun leur route après ce billet
---
Retrouvez toutes les chroniques "Jazz sur le Web".