Q_21b

Aux Instants Chavirés de Montreuil, il s'agissait de l'une de  ces soirées mensuelles, réservées aux expérimentations musicales de la scène locale (locale ?), composées de trois ou quatre interventions réputées être courtes.
Un doux nom pour nous séduire : Q#21.B (D2R2 n'a qu'à bien se tenir)
Une formule bien intéressante pour conforter nos habitudes ou au contraire pour élargir nos repères musicaux, nos tropismes ... d'autant que l'entrée est gratuite. Entrée gratuite, mais travail de préparation sonore assidu, parfois tendu : l'heure tourne.
Ce soir là, deux sets electroniques (aux noms tout aussi poétiques : SR270781 et Dan & The Destroys), encadrant un set plutôt acoustique, ce dernier de près de 25 minutes (voir la page des Instants).
Jean-Noel Cognard (dr) avait réuni Quentin Rollet (ss, as) et Claude Parle (acc) pour un set tout de puissance.
Du free, ces trois musiciens ont retenu la rage, l'énergie déferlante des discours, des frappes sur les peaux, et certains chants incandescents ou acidulés; de l'improvisation, le traitement des matières sonores comme ces mélodies faites de claquements des tampons du sax, ou ces nappes mêlant résonnances et battements entre sax et accordéon, rendant difficile l'identification des sons, au sein d'une marche quasi impériale martelée à la batterie.
Un Quentin Rollet en iconoclaste souriant, développant comme sans y toucher une musique inventive qui continue de s'affirmer de concert en concert (voir Flux Jazz au Souffle Continu ). Un Jean-Noel Cognard aux frappes sèches, puissantes, dont on avait pu mesurer l'engagement, la passion pour les formes musicales innovantes, marginales, lors d'une émission sur Radio Aligre (le téléchargement audio n'est plus disponible, dommage). Quant à Claude Parle, il est je crois le musicien le plus présent sur ce blog. C'est dire l'estime dans laquelle il est tenu : inutile de le présenter davantage.

Extrait final du set :


Lien direct : http://youtu.be/qIJ8pnqw1wc  .

 Une belle mêlée, rocailleuse et vivifiante !