Dans la série des écoutes uniques (pour le moment)
pour cause de désertions fréquentes
un CD atypique : Tweedle Dee

tweedle deeEn fait, c'est aussi le nom du groupe britanico-français
issu des fonderies de Loop et de Coax

Pour la partie savante de cette notule, Tweedle Dum et Tweedle Dee sont deux personnages d'une comptine de Lord Byron (je n'en savais fichetrement rien), qui passent leur temps à se chamailler, mais qui, le jour du réglement de compte à OK Corral (quoi, un dérapage spacio-temporel ?) prennent peur devant un corbeau monstrueux et renoncent (voir l'ami wiki).

Pour l'autre versant, celui musical, il est indéniable qu'on est fréquemment en sorties de route. Cela commence par des cliquetis d'un picvert métallique, suivis de roulements de pièces circulaires, des interjections, des crissements ... : on sent que la mécanique n'est pas loin de défaillir (Walk).
Des claquements abrupts et lourds de batterie, une guitare qui se refuse à dire son thème, des cuivres éraillés (Chinese Reggae).
Des vrombissements se mêlent à des orchestrations léchées (Imaginary Animals). Des traques bruitiste, chaotiques (Tips) ...
Un univers "industriel" ? Que nenni ! Les arrangements, les mélodies ... y ont toutes leur place.

De fait, on est immergé dans un univers musical qui mixe, concasse, assemble, compresse bien des esthétiques pour notre plus grand bonheur : rock, electro, impro, séquences planantes,  ... du jazz ? il y en aussi.
Une manière d'invite à la déambulation dans des paysages sonores faits de fureurs et de douceurs intimement liées.
Une chaudronerie sexy.

Les musiciens :
Robin Fincker : saxophone ténor, clarinette
Julien Desprez : guitare
Alex Bonney : trompette, laptop
Fidel Fourneyron : trombone, tuba
Kit Downes : orgue
Dave Kane : contrebasse
Yann Joussein : batterie

Trois pièces en écoute, au bas de leur page sur Coax .

tweedledee
(vous croyez qu'ils cherchent vraiment à séduire ?)

...
Retrouvez toutes les chroniques "CD etc.".