FGBH Wall Sanders Erdwards


L'illustration de l'album est des plus minimalistes, mais la musique ne l'est pas.
Le titre de l’album, a priori mystérieux, n’est que la juxtaposition des titres des pièces, elles-mêmes n’étant que la succession de A à H de huit pièces improvisées d’origine. L’enregistrement initial faisait un peu plus de 36 minutes. Quatre des huit pièces ont été abandonnées. Les autres sont présentées là dans un ordre croissant de durée. D’où FGBH, qui dure près de 23 minutes.
Il ne s’agit pas à priori d’une simple sélection, mais plutôt d’une opération qui s’apparenterait à une composition de John Wall, consistant en un travail minutieux sur les sons de chaque instrument, sans les dénaturer, une forme de distillation différentiée, ainsi que d’une mise en espace et d’un équilibrage au trébuchet. C’est du moins ce que j’ai compris.
Le résultat donne le sentiment d’une très grande pureté et d’un bel équilibre.
Les sons synthétiques font bien partie du trio, avec une présence plutôt discrète, apportant souvent des granulations venant fureter avec les frappes légères de la batterie et se combiner avec le jeu sur les cordes de la basse.
Le jeu subtil et impressionnant d’à propos de Mark Sanders, l’inspiration continue de John Edwards ainsi que sa maîtrise impressionnante trouvent là une mise en écrin remarquable.
Un condensé de réussite.
Une musique patiemment distillée dans de multiples alambics pour nous offrir des arômes des plus recherchés.
Ceux qui connaissent et apprécient le travail de chacun des trois musiciens seront comblés.
Je propose à l’écoute F, donc la pièce la plus courte.



L’album numérique est proposé pour 4£ hors taxes sur Bandcamp, de l’ordre de 6€ taxes comprises.
https://johnwall.bandcamp.com/album/fgbh

John Wall. Laptop
Mark Sanders. Percussion/Drums
John Edwards. Double Bass
Mastered By Jacque Beloeil

—-
Retrouvez toutes les chroniques CD etc.
—-