Eric Dolphy Guillaume Belhomme
 Lenka Lente


Un petit retour sur quelques vidéos ou autres ressources en ligne qui ont accroché l'attention, donné du plaisir. Pourquoi celles-ci et pas d'autres dans l'avalanche des sons et images disponibles ? Pour l'essentiel, la puissance du coup de coeur qui rendait facile l'écriture d'un article.

 

2-Gunter Baby Sommer3-Tapscott The Dark Tree


* Gunter Baby Sommer « Apéro con brio »
Cet Apéro est un pur chocolat, qui donne davantage de plaisir si on le déguste lentement, qu’on y retourne afin d’en savourer tout le suc avec une gourmandise aiguisée.

* Horace Tapscott 4tet « Dark Tree »
Une musique qui nous propulse dans un jazz de rêve, celui d’un âge d’or au confluent du Hard Bop pour la richesse mélodique, les pulsations infernales de ce qu’on appelle encore la section rythmique, et des disruptions du Free, avec le toucher, les accords du piano, et le discours halluciné de la clarinette. Un jeu de groupe encore classique où chacun aura l’espace nécessaire pour un «solo » (pur bijou de trois minutes de Cyrille-McBee, fulgurances de John Carter).

 

4-Mystery Lesson5-Cafe Oto

 


* Mystery lesson 310 et des sentiers qui bifurquent
Mystery Lesson s’intéresse aux sorties discographiques récentes d’un jazz indécrotablement impertinent, quitte à nous offrir de temps à autres des « aires de repos » : l’écoute d’impertinences d’époques révolues comme celles de Monk.

* Irreversible Entanglements & Pat Thomas (Café Oto 2018)
La poésie est parfois associée au jazz (qu'on pense à Max Roach et sa Freedom Now Suite avec Abbey Lincoln, ou plus récemment à Steve Dalachinsky, en pariculier avec Joëlle Léandre, The bill has been paid), mais rarement avec cette véhémence.

 

6-Kassap-Duboc7-Guerineau, Petit, Foussat

 

* Duboc Kassap au Comptoir (Fontenay le 3 janvier 2019)
Juste un extrait d'une collaboration qui a, depuis, donné lieu à un album, chez Dark Tree.
Comme un crépuscule qui s’installe dans un espace déserté, avec des frottements de bois, un à-peine chant dans la solitude, une voix qui murmure dans une langue indiscernable. Puis l’archet qui fouille les graves, et un chant aux vagues couleurs d’Orient : le rêve est là...

* Foussat, Guérineau, Petit
On y retrouve la fascination des vibrations des abysses, la poésie des errances lyriques, les tissages délicats et complexes de trames. Et lorsque Jean-Luc Petit s’empare de son sopranino, le « trilogue» devient d’une étourdissante sensibilité.

8-François, Dupont, Drake9-Corsano, Flaherty, Nace


* Nkosi Sikelel’ iAfrica
Ce titre est issu d’un album, « Flying Eagle » certes enregistré en 2013 mais qui ne paraît que cette année, chez Futura Marge, le label de l’homme au chapeau, Gérard Terronès.

* Bill Nace, Paul Flaherty, Chris Corsano « Free gutters vast fish»
« Toute résistance serait futile » (Star Treck)

Et pour finir, une piste réunissant le regrété Abdelhai Bennani au son si particulier, Burton Greene, Alan Silva et Chris Henderson (vous pouvez aussi l'album numerique complet)(merci à Julien Palomo)

—-

 

 

—-