12-01-27_Daunik Lazro - Curare au Triton by dolphy00

12-01-27_Curare au Triton - v2

Je te dis qu’il y en a. Mais non répond Cé. Si, je te dis; écoute donc, réplique Gé. Bof, à peine, et encore; interrogeons le coupable !
Le coupable avoua : il y en avait dedans, de la femme seule.
C’est ainsi qu’à commencé cette modeste aventure. 

Daunik Lazro accepta ce qui était pour lui une évidence, concocter une playlist avec des « tubes » Free. Il a baigné dedans et ne répugne pas à lui rendre hommage. Et pas seulement au détour d’une citation dans un album où lors dudit concert où la controverse prit sa source. Il y a des enregistrements qui reprennent ouvertement certains de ces «tubes ». Parmi ses références, Albert Ayler, Joe McPhee, Ornette Coleman, John Coltrane, Charles Tyler et même une figure pas Free pur sucre, Steve Lacy. Eric Dolphy ? Il n’a pas osé.
Il y a même un album de 1993 avec huit pistes sur dix consacrées à de tels thèmes : Outlaws in Jazz.
Il a fallu ensuite sélectionner. À regret, exit Charles Tyler et John Coltrane, et même un Lacy.
C’est cette quintessence qui vous est livrée aujourd’hui, dans l’ordre chronologique, ce qui permet au passage de noter qu’il ne s’agissait pas là seulement de pêchés de jeunesse. 

Au fait, saviez-vous que Daunik Lazro avait enregistré avec une rythmique pop ? Qui plus est dans un album avec Michel Doneda. C’est sur cet album que s’ouvre la playlist avec « Mothers », lyrique à souhaits. Un pur chant ! Et une couverture d’album intrigante et réussie. « General Gramofon, 1988 ».

Et quand il s’agit de retrouver Ornette, c’est avec la même fraîcheur, la même éruption qu’un tout jeune free, avec un Jac Berrocal époustouflant. Quant à la rythmique ! Un solo de Denis Charles sur WRU, de Didier Levallet sur Sadness pour rappeler les qualités de ce quartet. Et Daunik fait du Lazro en travaillant chaque note et elles sont nombreuses à  jaillir. « Outlaws in Jazz, 1993 ».

Avec Kitty Malone, l’hommage est direct, sans ambages, trémolos compris. On comprend la fascination qu’exerce Steve Lacy. Un ostinato poignant à la basse, des cahots, des friselis, quelques mitrailles à la batterie, et une pure merveille de chant au sax. Bouleversant Daunik ! Avec Jean Bolcato et Christian Rollet. « A.H.O. 1997 ».

Sur les huit titres de cette playlist, quatre sont d’Albert Ayler. Après Mothers du grand Albert, deux versions de In Heart Only, en solo et en duo avec une contrebasse. 

C’est le biais qu’introduit une playlist qui enjambe les projets, les années, les sources, que de juxtaposer la puissance mélodique de Lacy et la rugosité du thème d’Ayler. Il peut être intéressant à l’écoute de faire comme si le solo avait été interprété juste après Kitty. Ainsi le choix des sons graves et d’une certaine austérité (alors qu’Ayler sait être festif), seraient délibérés, un peu comme une encre chinoise épurée succédant aux flamboyances impressionnistes. Ce hasard révèle alors une évidence : la beauté est là. 

Après le solo (« Zong Book, 1999 »), le duo avec la basse de Claude Tchamitchian. (« Orléans, 1999 »). Le même thème est alors comme transfiguré dans cette seconde interprétation. Plus près des amples vibratos d’Ayler, le chant devient impérial et Claude Tchamitchian y est prodigieux d’inventivité. Une pure réussite.

Les touffeurs du Sud, le blues profond, celui du Vieux Carré, de Joe McPhee. Un hommage aux racines, voire au Bird, ainsi qu’au compagnon défricheur, c’est ainsi que se déploie l’interprétation de Daunik Lazro, toute de réinvention, ne rechignant pas aux plaisirs des grognements lascifs. Toute la puissance poétique d’un solo, sons et souffles mêlés.

Enfin, encore et toujours Ayler, ici en compagnie de Jean-Luc Cappozzo et de Didier Lasserre, excusez du peu. Je crois que le grand Albert aurait adoré cette réinterprétation faite d’éclats de trompette, d’éboulis erratiques de la batterie, et de distillations multiples du thème, des granulations, dans les alambics de Daunik. Puis tout déraille merveilleusement pour dire le cœur du cœur d’Ayler.


Après cette sélection, Daunik Lazro a souhaité inclure deux extraits d’une vidéo, celle de Maurice Salaün  captée lors du festival Jazz Campus en Clunisois de Didier Levallet. Le choix s’est encore porté sur Steve Lacy et le Vieux Carré de JoeMcPhee, pour une interprétation au lyrisme intense assumées, et à la richesse des textures  qui ne cesse de surprendre.

Dans cette série d’hommages, c’est la fidélité aux défricheurs, qui ravive souvent les couleurs d’alors, et l’authenticité du créateur actuel, les deux intimement mêlés, qui éblouissent. 

12-11-14_1 - Lazro-Duboc-Lasserre_Instants Chavirésedited
12-11-14_1 - Lazro-Duboc-Lasserre_Instants Chavirés by dolphy00

Et finalement, cette femme seule, que devient-elle ? On n’a pas retrouvé sa trace, pas encore. Daunik Lazro se souvient d’une version avec Benjamin Duboc et Didier Lasserre dont chacun des trois est fier. Mais a-t-elle été enregistrée ? Et c’était quand ? Où ? Ses deux amis sont en chasse. Si elle est retrouvée, promis, elle sera partagée .

Sur Discogs, on trouvera 42 référencres à des albums de Daunik Lazro. A vous d'y découvrir les pépites qui vous mangent.

Daunik Lazro

Explore releases from Daunik Lazro at Discogs. Shop for Vinyl, CDs and more from Daunik Lazro at the Discogs Marketplace.

https://www.discogs.com

Et sur ce blog ?
Sens Radiants - Benjamin Duboc, Didier Lasserre, Daunik Lazro (Dark Tree DT04)
Retour sur le duo Lazro - Turner au Souffle Continu
Jazz at home avec Daunik Lazro, Jean-Marc Foussat et Michael Nick 24 janvier 2020
Horizon Vertical : Daunik Lazro
AJMI Live #19 : Lazro, Santacruz, Wrodrascka
Hasparren : Daunik Lazro, Joelle Léandre
Garden(s) : Lazro, Cappozzo, Lasserre (Ayler Records AYLCD-150)
Peter Kowald, Daunik Lazro, Annick Nozati (Instants Chavirés fev 2000)
Lazro, Duboc, Lasserre ... retiennent la pluie
Curare en boîte cristal
Retour sur le duo Lazro - Turner au Souffle Continu
Daunik McPhee (Selmer 1er février 16; vidéo d'Annie Zivkovic)
Un Triton perfusé au Curare (27 janvier 2012)
20 ans d'In Situ à l'Echangeur - 27 au 29 septembre 09 (par Claude Parle)

Oui, j'avoue un intérêt certain ... Vous aussi, peut-être ...

---
Retrouvez tous les articles Jazz sur le web
---