Laurent_Mignard_pocket_4tet___Good_NewsGood News ou comment sortir de la déprime en scrutant ces signes d'émergence d'un monde neuf, plus ouvert, positif.
Optimiste résolument !
Et cet optimisme pétille dans la musique du "pocket 4tet" de Laurent Mignard.

Il nous convie à une fête du jazz, célébrant les retrouvailles de certaines de ses esthétiques, du New Orleans (revu par Ayler) au free tendance Ornette, en passant par le hard bop, le jazz rock, des accents de Miles, et des fragrances du monde entier qui n'auraient pas déplu à Don Cherry. Le projet de Laurent Mignard est donc bien de faire un jazz ouvert au plus grand nombre, qui intégre des pans entiers d'une musique réputée à tort comme exigeante.

Le choix de la trompette de poche fait naturellement penser à Don Cherry, d'autant qu'on y retrouve sa brillance, l'éclat du cuivre, ses fulgurances qui ont tant contribué au pur plaisir des sons du premier 4tet d'Ornette. Même type de formation : sax, trompinette, basse et batterie.
On y retrouve aussi les accents d'Ornette himself, et la puissance de ses thèmes : il fut aussi, faut-il le rappeler, un formidable compositeur de thèmes (et pas seulement de "Lonely Woman").

Laurent Mignard propose des pièces courtes (environ 4mn), laissant donc une large prégnance aux thèmes.
Et le groove est partout, comme pour célébrer la joie, l'énergie de ce monde nouveau.

Pour illustrer ce CD, Good News, deux extraits :
- Old World : l'enterrement d'un vieux monde, à la manière des cortèges de New Orleans, mais avec les vibratos d'Albert Ayler, et un rythme cahotique à la batterie peut-être pour souligner le déréglement du monde qui disparaît.
Le choix d'une pièce plus représentative du disque a été assez difficile. La réécoute de chaque pièce faisait changer le choix :
- Manhattan Express, tout de riffs, avec un formidable duo de cuivres sans basse ni batterie ?
- Balkan, thème digne de la période hard bop mâtinée d'Ornette, et son balancement, dû en particulier à la basse, magnifique tremplin pour un solo de Laurent Mignard suivi d'un beau chant lyrique au sax ?

Finalement, c'est Frenetic City, avec le très bon chant de Geoffrey Secco (sax) et les superbes interventions de Laurent Mignard. Ce thème donne aussi l'occasion d'entendre pleinement la basse (Eric Jacquot) et la batterie (Luc Isenmann).

Ecoutons ces deux pièces :


...

Un jazz champagne !

---
Laurent Mignard (trompette de poche), Geoffrey Secco (ts, as), Eric Jacot (b), Luc Isenmann (dms) .
Cette formation sera au Sunset samedi 7 mai. Occasion de vibrer en live .