richard galliano - piazzolla   Un coffert avec deux enregistrements : un CD pour le concert donné à Willisau en 2002 et un DVD pour celui donné aux Bouffes du Nord en 2005.
Une réédition 20 ans aprés la mort d'Astor Piazzolla, pour lui rendre un bel hommage.

Deux singularités se rencontrent.

Astor Piazzolla est certes est un bandonéoniste, mais aussi un compositeur, à l'écriture précise nous dit-on. Et sur les conseils de Nadia Boulanger, il a choisi d'écrire une musique qui s'éloigne de la musique contemporaine (sérielle, stochastique ou autre) pour se désaltérer aux sources de la culture argentine, au tango. Pour les européens, c'est une danse, du passé. Pour les argentins, c'est toujours actuel, c'est bien au-delà. Et rappelons-nous ce(s) concert(s) de Daniel Barenboim, ce chef de la culture classique jouant le tango.

Singularité aussi du côté de Richard Galliano. Pétri de jazz, bien sûr, mais aussi tiraillé par les merveilles de toutes sortes issues de cet instrument étrange, l'accordéon. Peut-être aussi en recherche de reconnaissance, cette obsession qui a taraudé bien des jazzmen.

La musique d'Astor Piazzolla n'est pas du jazz. Bien sûr, on y retrouve ce "rubato", ces petites modifications qui décalent les accents rythmiques et qui rapprochent du jazz. Il y a probablement aussi ce respect pour des musiques populaires authentiques parfois intégrées au jazz. Un voisinage intéressant et séducteur.

Ces deux musiciens là se sont rencontrés, se sont parlés, écoutés.

Plus de 350 concerts de par le monde pour un sextet dédié à la musique du génial argentin. Un Richard Galliano habité par la musique mais tourmenté par le souci de bien faire. Des musiciens (5 cordes, et un piano) jouant sans lire la partition, l'ayant totalement intégrée, trouvant là l'occasion de s'approprier la musique sans la trahir. Et leur joie de le dire, de partager ce plaisir. Belle idée que ce DVD qui laisse la part aux répétitions, aux digressions, aux coulisses, aux confessions.

Deux extraits, la première pièce du CD "Otoño porteño" et une improvisation de Richard Galliano en solo autour de "Libertango".


...

Un beau cadeau à s'offrir ... et à prêter à ceux qu'on apprécie.