Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Jazz à Paris
18 juin 2013

Maggie Nicols, Denis Charolles, David Chevallier - Son Libre à la Java (4 juin 2013)

Charolles, Nicols, Chevallier - light

Denis Charolles, Maggie Nicols, David Chevallier (photo dolphy00)

 

Son Libre organise chaque année un cycle de concerts, un par mois, à La Java. Quelques mots d'accueil lors du dernier concert de la saison, ce 4 juin 2013, occasion d'évoquer la difficulté d'organiser un tel cycle, de la financer, des incertitudes qui pèsent sur son avenir, de la nécessité d'organiser un max de buzz sur ces concerts, de "réseauter" comme diraient nos amis quebecois. Avec un plaisir évident, je m'apprête à relayer.
Mais, Tabernacle ! La relecture des quelques mots de présentation du concert dûs à la plume de ???, en tout cas relayés par Son Libre, me baffent : tout y est dit. Lecture :
"Joutes sonores, poésie, swing et ritournelles.
La complicité de ces trois artistes ne fait aucun doute. C'est dans un enthousiasme communicatif qu'ils revisitent le patrimoine musical anglo-saxon et français, tout en laissant la part belle à l'improvisation et à leurs propres compositions. Avec eux, on redécouvre ainsi avec bonheur (et parfois tout autant de stupeur!) quelques grands standards de la soul music tels I've been loving you d'Otis Redding, Superstition de Stevie Wonder, ou le fameux Tobbie witz you de la non moins célèbre Campagnie des Musiques à Ouïr."
Tout est là, sauf ce que peut réserver l'instant, ce que le le souvenir élabore.
Avant tout, ce fut une fête.
On connaît Maggie Nicols, grande espiègle devant l'éternel, qui se joue de son talent, des codes, des bonnes manières, une nature qui fait qu'on sourit d'emblée quoiqu'elle dise, quoiqu'elle fasse, et elle le fait si bien.
Et Denis Charolles, ce poète des sons, débordant ce jour là d'affection pour Maggie (et probablement pour nous aussi) pour lui servir les meilleures surprises, enrichissant son cageot à percuteries, déjà hétéroclite et fourni, d'un trombonne qui a beaucoup vécu et qui en garde des stigmates.
Enfin, celui que je connaissais le moins, David Chevallier, un jeune "vieux routier de la guitare", à l'aise pour trouver dans l'instant les couleurs qui vont le mieux.
Alors ce soir-là, il s'agissait de partager des références communes, des souvenirs, presqu'entre amis au coin du feu, avec les dérapages salutaires qui font les bons moments de la vie.
Des surprises... Par exemple, si je vous dis Jean Richepin.
Certains savants léveront le doigt en trépignant pour dire oui, Brassens. Gagné ! Un duo Nicols - Charolles qui commence par des claquettes et des claquements pour, dans un souffle, chanter, presque murmurer, ces quelques mots :


Philistins, épiciers
Tandis que vous caressiez
Vos femmes

En songeant aux petits
Que vos grossiers appétits
Engendrent

Vous pensiez : " Ils seront
Menton rasé, ventre rond
Notaires "

Mais pour bien vous punir
Un jour vous voyez venir
Sur terre

Des enfants non voulus
Qui deviennent chevelus
Poètes...

Une salle interloquée et ravie savoure ce pur moment de plaisir.


lien direct : http://youtu.be/KcTSy_u7ESM


Et comme ils ne font jamais rien comme les autres, Denis Charolles décide tout à trac de quitter sa place sur scène, pour venir tout près de nous, pour encore plus de plaisir dit-il, avec Maggie Nicols et David Chevallier. Il se saisit de ce qu'il trouve sur ma table pour compléter son instrumentation. Maggie est quasi à tu et à toi avec mes voisins de table tout comme David Chevallier. On est tous dans très peu de m².

Comment partager çà ? Pardonnez les hésitations, les cahots, les cadrages approximatifs (disons-le tout net, ratés!), mais quel moment ! C'est la magie de l'instant, l'imprévu (au moins pour nous), le point de départ d'un souvenir qui sera probablement déformé au cours du temps, mais qui redonnera un petit moment de bonheur lors de son évocation.


Lien direct : http://youtu.be/H9K6ocqLT0s

Alors, si vous êtes facebouquien, dites "j'aime" sur la page de Son Libre .

Publicité
Publicité
Commentaires
Jazz à Paris
Publicité
Newsletter
Derniers commentaires
Visiteurs
Depuis la création 560 747
Archives
Publicité