Un concert à domicile, chez Dante Feijoo, à La Courneuve, dans la banlieue nord de Paris.
Y aller est assez simple : le métro y mène. Ligne 7, terminus, sortie Stade Daniel Fery.

C'est le rendez-vous des surprises, d'une musique en recherche, en mouvement, en rencontres, en croisements des disciplines.

Ce 19 janvier, des artistes improvisent :
Nusch Werchowska (p); Kentaro Suzuki (b); Dante Feijoo (as)
; Camille Escudero (corps ... ne parlez pas de danseuses).

Peut-être le temps, l'accoutumance des oreilles, font que cette musique ne choque pas. L'écoute est libre de préjugés, à la recherche de plaisirs. Et il y en eut.

Nusch Werchowska
09_01_18_05_Feijoo_Werchowska_Suzuki_LeBouill_Escudero

La surprise de l'étendue du registre des sons du piano lorsqu'il est investi par Nusch Werchowska, la séduction de ces espaces inhabités. Plus encore que lors d'un précédent concert à l'Atelier Tampon, m'est apparu cette capacité à créer des "paysages sonores", abstraits, d'une grande beauté.

Kentaro Suzuki - Nusch Werchowska
09_01_18_07_Feijoo_Werchowska_Suzuki_LeBouill_Escudero

L'étonnement face au jeu de Kentaro Suzuki, fait de séquences (qui paraissent) simples, mais dont l'agencement et l'intégration semblent parfaitement calculées pour procurer un intense plaisir.

Dante Feijoo
09_01_18_08_Feijoo_Werchowska_Suzuki_LeBouill_Escudero

Et toujours la richesse, la complexité des timbres de Dante. Il ne se contente d'ailleurs pas de jouer : il se déplace, se rapproche du public, s'en éloigne, joue avec l'espace crée ou dégagé par la danse.

Deux approches distinctes des mouvements, l'une toute en sculptures mobiles, l'autre de sensibilité totalement intériorisée (à l'exception peut-être d'un moment de connivence avec deux petites filles). C'est par ces artistes du corps que l'imaginaire fait irruption, avec des vibrations, des gestes inachevés, des jeux à deux, à trois (avec Dante), avec le public, avec une table muée en labyrinthe !

Camille Escudero
09_01_18_14_Feijoo_Werchowska_Suzuki_LeBouill_Escudero

L'attention se déplace d'un artiste à l'autre : comment tout voir, tout entendre en même temps ? L'objectif de la caméra reproduit ces hésitations, ces choix de l'instant, irréfléchis.

Longue séquence vidéo (9mn 30), extraite de ce concert, et que je ne me suis pas résolu à découper, pour profiter de la dynamique de chacun des artistes (le jeu avec les petites, c'est à 8mn30).
Partageons ce plaisir.



Retrouvez les articles de "Jazz sur le Web"