"Ode to a dying planet", très beau titre, puissamment évocateur aussi.
Il semble qu'il n'était pas prévu que ce disque soit publié.

Mais la ténacité d'un Marc Edwards a payée : il pressentait qu'il tenait avec cet enregistrement une musique rare.
A l'écoute, on ne peut que lui donner raison ... et féliciter Ayler Records de ses choix ... et de la qualité technique de ses enregistrements.

Quelques mots et le disque en libre écoute.
Il suffit de cliquer sur la photo de Marc Edwards
(due à l'excellent Peter Gannushkin)
Marc_Edwards_by_Peter_Gannushkin_2008

Retrouvez toutes les chroniques "Jazz sur le Web".