95652FEA-13D3-4CD7-A568-7DBA7A536EC3

Patrick Graham est un percussionniste, enseignant, improvisateur et compositeur canadien. 

Il rencontre pour la première fois en 2006 John Sellekaers, artiste sonore et photographe. Un an plus tard, ce dernier lui propose de travailler, de remixer, ses improvisations, d’en assembler des segments lors d’un traitement ultérieur. Douze ans passent sans que ce projet aboutisse, période durant lequel John Sellekaers s’est installé en Belgique. Mais le projet aboutit enfin. 

La musique proposée est d’une richesse picturale, onirique, peu commune. Chaque pièce crée une ambiance spécifique, souvent autour des cymbales (« Lacuna »), mais aussi d’autres percussions parmi lesquelles j’ai cru reconnaître des bols de métal, des tablas et autres. Ici les percussions ne s’embarrassent pas de scansions, de pulsations régulières. Seules comptent les couleurs, les timbres, les nappes, les résonances, les grondements, les survols quasi immobiles, les murmures et bien d’autres éléments d’un vocabulaires étendu, d’une syntaxe en perpétuel mouvement. À l’exemple de « Submerge », les pièces connaissent une projection spatiale qui nous enveloppe, qui nous fait goûter à toutes les frappes, à tous les frottement, fussent-ils discrets, et qui permet un déploiement mouvant des résonances. Naturellement, la précision du son est à l’avenant.

On évoquait les murmures. C’est par cela que débute « Next Of Kin », avec des micro-crépitements, puis des réverbérations sombres, des nappes stratifiées, comme un chant indistinct, des vagues écumeuses ...

Chaque composition nous projette dans un champ onirique spécifique tout en gardant une certaine homogénéité affective. 

Dans ces paysages, il n’est pas toujours aisé de distinguer ce qui relève strictement de l’électronique, hors la mise en espace (somptueuse), certaines résonances ou à l’inverse, des ruptures d’ambiance, voire des surimpressions ... C’est ici une forme de méta-instrument aux spectres particulièrement étendus qui nous engloutit.

Cet enregistrement nous offre une sorte de décapage profond des conduits auditifs et de nos synapses. Une forme de bonheur quasi physique.

C’est publié par le label belge Parenthèses Records. Il est disponible en format CD pour 15$ australiens soit 9,60€, et en version digitale sur Bandcamp https://johnsellekaers.bandcamp.com/album/unnatural

Je vous propose deux versions de « Lacuna », tout d’abord, celle de l’album

 

C’est à la demande de notre duo que trois amis musiciens ont été invités à remixer trois des pièces de l’album. Ici, la seconde version de « Lacuna » est le remix réalisé par Mathias Delplanque. Une re-création. 

 

---

Retrouvez toutes les chroniques CD etc
—-