Taken by surprise : Kris Wanders & Mani Neumeier 5tet
Wanders, Neumeier 5tet 1

Nous voici donc parvenus à la fin du tryptique de Kris Wanders : trois CDs, dont deux déjà chroniqués :
* Spontaneous acts of provocation ,
* In remembrance of the human race .
Tout comme pour "In remembrance ...", les notes de couverture (de Simon Felicé) reviennent sur ce qui fait le fondement d'un free jazz actuellement. En effet, après quelques mots sur les retrouvailles de Mani Neumeier et Kris Wanders, tous deux membres du Peter Brötzmann 5tet et plus tard du Globe Unity d'Alexander Von Schlippenbach, après quelques mots de leur projet 40 ans plus tard, il fallait souligner l'évolution du monde actuel, dominé par les marchés et la finance, contre lequel il n'y a nul autre recours que la révolte absolue. Et la musique doit en être l'expression, tout comme les autres formes d'art. Voilà pour le manifeste.

De fait, nous avons là un pur brûlot. Pas sûr que cela fasse trembler la City ou Wall Street, mais cette musique est d'une intensité rare. Il ne s'agit en aucune manière de séduire, mais d'exprimer une rage intacte, qui ne s'embarasse d'aucune joliesse de quelqu'ordre que ce soit, à la limite de la Noise.
Deux leaders et cinq musiciens d'exception.
Mani Neumeier (dms) nous entraîne dans des chaos, des éboulements sans fin avec un Yusuke Akai (g) superlatif, quasi convulsif, et une contrebasse très présente, celle de Rory Brown, qui navigue aussi dans les spectres de la guitare et du violoncelle.
A propos des deux saxophones tenor, Brett Evans et Kris Wanders, on aimerait évoquer Peter Brötzmann, pour situer leur discours, mais ce serait un peu vain, tant les barrières sont renversées. Les références telluriques seraient aussi pur clichés. Ici, l'engagement des deux souffleurs est extrême. Leur convergence, d'ailleurs, confond l'auditeur, chaque musicien sur son canal, mais difficile de dire qui est sur lequel. Alors il reste d'infimes détails qui font qu'un critique cité sur le site Not Two, le label du CD, attribue le gauche à Kris Wanders. Il a sûrement raison. Mais j'y décèle des débris de discours coltranien, je crois entendre moins de 5 secondes du "déhanchement" parkerien, et je note une permanence dans les décalages d'unissons; voilà pourquoi j'opterais pour celui de droite.
Please, Mr Kris Wanders, dites nous qui ?
Deux incroyables saxophonistes alors que le web ne m'a pas permis de trouver trace de Brett Evans hors son apparition sur ce disque.
Une scène free australienne particulièrement surprenante, quatre des cinq musiciens étant "locaux".
On oublierait presque que le free est né il y a déjà un demi siècle. Avec ce disque, le Free est tout neuf. Il braille à pleins poumons hors de la matrice des origines.
Ne pas hésiter à se le procurer ... ou à l'offrir : faites (vous) plaisir.

3 pistes : Oxymoron (23:30), Taken by Surprise (24:32), Not on Radio (19:34)
(Not two records MW 861-2)

Voir les chroniques du Grisli , de FreeJazz , et de Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery .


Wanders, Neumeier 5tet 4


---
Retrouvez toutes les chroniques "CD etc.".