Quelques images d'un concert donné le 5 mai dans les locaux de Radio France.
L'album est au bout du clic sur la photo
12-05-05_35_Dunmall, Sanders, Poulsen
Paul Dunmall, Mark Sanders, Hasse Poulsen (photos dolphy00)

Et la musique ?
Tout d'abord, un souvenir d'un temps lointain.
Une collègue turque s'étonnait que je qualifie sa tenue de bleu marine. Elle était manifestement marine; pas bleue voyons !
Ce jour-là, j'apprenais qu'une langue est pour une part une forme de découpe, arbitraire.

Cela me revenait à l'esprit ce 5 mai lors de l'enregistrement de l'émission "A l'improviste".
Un trio de Free Jazz composé de Paul Dunmall (ts, ss), de Mark Sanders (dms) et de Hasse Poulsen (g)  : voilà qui tranchait avec la première partie réunissant Eve Risser et Joris Rühl (voir chronique sur Jazz à Paris)
Un trio qu'on s'attendrait, selon nos critères, à retrouver dans l'émission de Xavier Prévost : Jazz sur le vif.
Mais en Grande Bretagne, l'art de la découpe n'est pas identique au nôtre.
Paul Dunmall préfère parler d'une musique mélodique ou abstraite, d'une musique énergique (pulsée) ou non.
Le travail sur la matière sonore ? Il est partout. Au besoin, Hasse Poulsen change de guitare, voilà tout.
Oui, c'est vrai, il y a des musiciens Grands Bretons qui veulent couper tout lien avec le jazz, mais il n'est pas de ceux-là.
Voilà. Soyez simple, pragmatiques, et fermez le ban !
Mais ces mots sont venus après, lorsqu'Anne Montaron a fait parler les musiciens.
Auparavant, un superbe concert d'une heure (au lieu des 40 minutes de l'émission), où les découpes françaises étaient mises à mal, où la pâte émotionnelle sinuait selon l'inspiration du moment.
J'étais principalement venu pour Hasse Poulsen (au demeurant excellent); j'ai été impressionné par le jeu de Mark Sanders, une fois de plus (voir 4tet de Kris Wanders). Un grand maître de la batterie.
C'était le vrai "patron" de ce trio.
Quant à Paul Dunmall, il affirmait son jeu en vieux briscard de la scène underground, mais son lyrisme s'est totalement épanoui aux environs de la 27e minute, lorsqu'il a saisi son saxophone soprano. La guitare assurait alors une séquence répétitive obsédante et Mark Sanders laissait les rythmes se complexifier encore et encore, jusqu'à la fin de ce premier morceau. Sept minutes à se repasser en boucle !

La deuxième pièce débute par un travail sur les matières. La guitare d'Hasse Poulsen se fait grinçante, craquante; elle rencontre, parfois d'une manière abrupte, bien des objets censés lui faire rendre des sonorités inhabituelles. La percussion se fait allusive, les notes, les frappes semblant parfois juste suggérées. Le saxophone murmure, marmone, chevrotte un peu, s'éraille. Oui, c'est plus "abstrait" ... au moins pour un temps, avant le retour de la première guitare (celle qui est censée jouer de vraies notes) et de ce qu'en France on continue d'appeler le Free Jazz : une musique lyrique, qui frôle parfois l'élévation mystique.
Une chanson du temps de la jeunesse de mes parents (de vos grands parents, 1934) me revient à l'esprit : c'était probablement une manière de conjurer les terreurs de la guerre à venir, alors que les horreurs de la précédente n'étaient pas effacées et que la crise avait frappé.

"Amusez-vous
Foutez-vous d'tout !
La vie, entre nous, est si brève
Amusez-vous
Comme des fous
La vie est si courte, après tout !" *

Une forme de danse au bord du gouffre, mais en avaient-ils conscience ? Et nous aujourd'hui ?
C'était peut-être ce rejet des contraintes face aux aventures de l'instant qui motivait nos trois amis ce soir-là.
Vous pourriez peut-être en faire autant. Profitez de cette musique qui bouscule les barrières ! La crise aura bien le temps de nous rattrapper.
Certes, la vidéo est là (quel beau service de Radio France !), intégralement au strict plan musical, mais sans les mots qui font aussi la valeur de cette émission.


A l'improviste - Poulsen - Dunmall - Sanders par francemusique

Allez sur le site de "A l'improviste" et retrouvez Anne Montaron, grande admiratrice de cette étonnante musique britannique, qui sait interroger les musiciens, leur faire dire la manière dont ils tentent de s'en sortir, les faire parler de leurs projets, de leur histoire, de leurs rencontres, et qui finalement nous mène par la main, nous le public, à la découverte de cet étranger si proche.

Profitez-en pour glisser d'un clic ver l'interview en français de Paul Dunmall sur le "Son du Grisli".

Autres lien utiles : sites de Mark Sanders , de Hasse Poulsen et de Paul Dunmall .

Si vous avez aimé, direction kilogram records
Asunder trio - the lamp


Et de temps à autres, le lundi soir, branchez-vous sur Jazz on 3, l'émission de Jez Nelson sur BBC3, qui lui non plus ne connaît pas les frontières esthétiques. 

---
Retrouvez toutes les brèves de concert .