Bernard Santacruz Tales, Fables and other Stories recto

Trois quarts d'heure avec pour seule compagne le son de la contrebasse. Exercice délicat comme pour tout album solo, et plus encore lorsqu'il s'agit d'un instrument confiné souvent à son seul apport à l'assise rythmique.

"In the joyful whirlwind of the spirits" est la pièce principale de l'album. Elle force l'écoute, ouvre progressivement notre sensibilité à mesure que le musicien pousse les portes de ses jardins secrets, pour une errance nocturne. Doucement mélodique, plutôt recueillie, ample dans une première moitié, puis aventureuse, explorant aussi les bois, les frottements, les frappes et les caresses, pour nous bousculer un peu, amicalement. Suit une sorte de dialogue avec lui-même, aux cordes pincées, surprenant, d'une véhémence douce, pour finir à nouveau avec ce mouvement ample et délicat.

C'est le joyeux tourbillon des esprits, lesquels on trouvé refuge dans les grottes Missirikoro, au Mali, prés de Sikasso. Les chauves-souris s'y sont aussi installées et notre venue les oblige à voleter de toute part, à notre surprise. Les locaux y vont, pour méditer, prier, se recueillir. Y voir peut-être la partition mentale de Bernard Santacruz

Ces clés, éventuelles, il nous les livre avec le titre de la pièce suivante, "From Missirikoro to Sikasso". Ici, l'évocation prend des sonorités étranges dans un premier temps, semblables à des percussions africaines. Le discours revient en ensuite dans l'ambiance intimiste, délicate et subtile, ou doucement rugueuse, à l'archet, pour finir sur une mélodie simple et attachante.

Avec "Alta Mar", on peut avoir le sentiment de quitter ce lieu de culte, de recueillement, pour des espaces abruptes, sauvages, des martèlements de sabots ... qui s'adoucissent pour finir délicatement et nous laisser là, au bord du chemin poussiéreux.

Pari réussi pour les organisateurs du festival "Jazz à part", et particulièrement Pierre Lemarchand, animateur d'une émission radio du même nom, aujourd'hui disparue, qui nous laisse de très beaux souvenirs. Il est aussi l'auteur de note de pochette, qui décrit la magie de la scène, l'attente, le décor, le public et l'onde qui submerge tout lorsque la musique est là.

Car c'est un grand plaisir que l'écoute de cette musique,  qui nous prend par la main, qui aiguise en douceur notre sensibilité, qui l'affûte pour nous rendre perceptibles ces esprits évanescents.

Toutes les chroniques d'albums : CD etc.

Bernard Santacruz Tales, Fables and other Stories verso