Toshinori Kondo - détail

Le trompettiste Toshinori Kondo nous a quitté ce 17 octobre 2020, moins de deux mois après Itaru Oki. C’est un artiste polymorphe qui disparaît. Sur ce blog, c’est sa contribution à la cavalcade d’un free jazz nippon qui avait trouvé naturellement sa place dans la série ImproJapon

En un hommage très partiel, juste une virgule d’affection, un accroche cœur, on peut se plonger une fois de plus sur cette période d’il y a un demi siècle (déjà !). On le retrouve en compagnie du bassiste Takashi Tokuhiro et du batteur Toshi Tsuchitori. Il s’agit peut-être d’un extrait d’album, dont je n’ai pas retrouvé trace. À moins qu’il s’agisse d’une archive privée de l’un des musiciens, Toshi Tsuchitori. Alors prenons ces neuf minutes comme des Instants volés au passé, comme ce qui reste après l’érosion du temps, sans se plaindre de ne pas disposer de plus, en enviant toutefois le public qui avait pu recevoir ça en plein visage.

Car, bien sûr, il s’agit d’un jazz sans complexe, éruptif, avec le goût prononcé pour la jouissance du son. Celui du bassiste qui ouvre le bal en faisant résonner ses cordes avec gourmandise, avec une petite citation au passage. Toshi Tsuchitori prend la relève en un solo d’emblée torride avec force cymbales. Il déblaie tout devant lui. Puis, sans que la batterie faiblisse, c’est l’irruption de Toshinori Kondo, avec ses tourbillons à hautes énergies, ses vrilles irrésistibles, préférant les médiums aux suraiguës, entraînant une basse qui ne veut être en reste, survoltée.

Une apnée de neuf minutes !

---
Retrouvez tous les articles ImproJapon
---