Kowald, Lazro, Nozati - Fou Records

Lorsque sa voix s'élève en tout début de disque, un mouvement de recul : aurions-nous droit à une musique de vocaliste ?
Puis très vite, cette impression s'estompe. L'expression trouve sa place au sein de chants ténus, murmurés, de cris véhéments ou désespérés, de longues mélopées, de récitatifs, de mantras ou de prières amérindiennes. Dés la première piéce, Annick Nozati nous plaque contre le mur, nous laissant "sonnés", sommés de tout lâcher tant sa sensibilité laisse peu de place à l'écoute flottante. Et dans la 3eme, son solo, de près d'un quart d'heure, parachève cette impression avec une sorte de pièce chantée-parlée, aux paroles indistinctes mêlées de cris, de sussurements, de balbutiments, avec une énergie ravageuse.
Je ne la connaissais pas. Elle a disparu en juillet 2000, cinq mois après ce concert enregistré aux Instants Chavirés par Jean-Marc Foussat. A présent, il reste les disques, et celui publié par Fou Records vient planter une banderille dans nos mémoires.
Un autre disparu figure aussi sur ce disque, Peter Kowald. Souvent à l'archet, il enchevêtre ses ronflements, ses bourdons lascifs ou enfiévrés, ses chants à ceux d'Annick Nozati.
Une mention très spéciale pour le troisième homme : Daunik Lazro. Cette belle figure de la musique d'aujourd'hui nous rappelle qu'elle n'est pas surgit du néant. Il extrait des textures sonores d'une variété, d'une efficacité, d'une expressivité impressionnantes. Son énergie, son inventivité lui permettent d'être toujours sur le fil des émotions, d'étriller notre sensibilité. Ses fulgurances nous saisissent.

Fou Records met à notre disposition un extrait de cette musique : "Laz Kow" (et Noz ?! à moins que les mystères des grottes ...)

Lire une chronique passionante écrite semble-t-il par quelqu'un qui était là, ce 17 février 2000, Jean-Michel Van Schouwburg

Fou Records FR - CD 07

D'autres chroniques sont disponibles sur le site de Fou Records .

Retrouvez toutes les chroniques "CD etc.".