darrifourcq in love with recto

In Love With est un trio composé de Théo Ceccaldi (vln), Valentin Ceccaldi (vlc) et Sylvain Darrifoucq (dr, perc, comp). Ils en sont à leur deuxième album qui répond au doux nom de « Coïtus Interruptus ».
Dada aurait adoré !
L’art de la provoc comme hygiène mentale de première urgence. Sinon, la mort cérébrale.
Les noms du trio, de l’album, du genre musical (porn jazz de chambre), des titres des pistes, et même leur ordre, tout y concourt.
D’abord (tiens, ça commence mal), ne pas débuter par le début : le prologue n’arrive qu’en troisième; la fin d’une histoire d’amour survient bien avant son début.
Ensuite, les pièces : ici le terme de morceaux irait mieux. Un continuum musical qu’on dirait découpé à la diable, et dont on ferait un collage, un peu comme celui sur le recto de la pochette (réussi) de l’album, ou celui à l’intérieur avec des bandes de textes en percussion d’images .
Pour la césure de ces morceaux, Il y aurait bien des pauses candidates, mais on ne les retrouve qu’au milieu des pistes.

darrifourcq in love with intra


Enfin, la musique. Là, c’est le coup au plexus. Dès les premiers instants, l’asphyxie. Ça percute, ça mitraille, ça crépite, ça vrombit nerveusement, avec obsession sur les cordes graves, ça craquette et ça stridule sur les autres, avec insistance. C’est « ininterruptus ». Le collapsus semble inévitable. Mais çà et là, des micro-obstacles pour ouvrir des chemins de traverse, pour dévier les flux et permettre de rester encore, pour éviter l’acmé. Un segment de ritournelle ancienne et oubliée pour changer de cap. Et, on se demande comment, quelques accalmies, comme posées là. Pour ménager les tensiomètres ? Pour éviter l’apoplexie ? Pour leur seules beauté ?
Et ça « Repeat » et «  Repeat again », cette fois dans l’ordre, après « Lynch at the beach » (Einstein était parti) et pour finir en « Total Mezcal »

Trente sept minutes ! Mais il y a la dose.
Vous avez droit à quelques instants pour reprendre votre souffle avant de réécouter l’album, ad libitum.
Un « Coïtus » complètement addictif.

Auto- description :
« Trio de porn-jazz de chambre, IN LOVE WITH, ce serait les courbes du désir emprisonnées quelque part, dans un espace à la géométrie irréductiblement rectiligne. Mais IN LOVE WITH, c’est aussi un ciel rose pastel, pour dire, avec humour, quelque chose de notre monde hyper sexué, épileptique et éphémère. »

Un peu de Mezcal ?
https://gigantonium.bandcamp.com/album/sylvain-darrifourcq-in-love-with-coitus-interruptus

Concert de sortie d'album le 29/10/2018 @ La Dynamo de Banlieues Bleues, Pantin

—-
Retrouvez toutes les chroniques
—-