Sonny Rollins - Stephanie Berger pour The New York Times

Sonny Rollins - Stephanie Berger for The New York Times

Un concept curieux que ces concerts thématiques.
Une biographie, préparée et dite par Lionel Eskenazi, s'appuyant assez largement sur la discographie, et des morceaux du répertoire du musicien interprétés sur scène par le 4tet de Jacques Vidal, qui a eu cette idée et qui est "le patron".
Après Mingus, le tandem Jacques Vidal - Lionel Eskenazi s'est frotté à Sonny Rollins, cette grande figure du jazz. C'est la première fois qu'ils rendent hommage à un musicien vivant. Certes, il ne joue plus depuis 2013, pour des raisons de santé. Il va avoir 86 ans le 23 septembre prochain.
Une évocation vivante. Davantage même. Une forme de discussions entre amis sur un sujet qui les passionnent, qui nous fait nous confronter à nos souvenirs émus, aux écoutes enfiévrées d'alors, aux interrogations d'une certaine époque, qui nous rappelle les disques achetés avec nos quelques rares économies. Une ambiance de ciné-club centré sur la musique, sur le jazz, sur Sonny Rollins.
Et on y apprend plein de choses.
Tout d'abord que bien des thèmes, dont on ne sait pas d'emblée qu'ils font partie de notre patrimoine mémoriel (sauf pour les savants), se révèlent avoir été composés par Sonny Rollins.
On y apprend aussi que Sonny Rollins a eu un début de carrière formidablement rapide, qu'il s'est frotté très tôt à Charlie Parker, Miles Davis, Thélonious Monk, JJ Johnson et à bien d'autres, et qu'il a enregistré sous son propre nom (chez Prestige, je crois) très vite.
On y apprend que celui qui est présenté comme une étoile montante, un challenger, John Coltrane, est en fait son aîné de 4 ans.
Qu'une autre figure du Free Jazz, Ornette Coleman, a le même âge que lui, qu'ils s'appréciaient et qu'ils ont même enregistrés ensemble. La photo ci-dessous date d'un concert de 2010. Mais pour qui veut des témoignages plus endiablés, peut-être revenir à leur concert donné en 1965 à La Mutualité (et j'y étais, sans caméra, désolé), chacun avec son propre trio ("The Paris Concert")

Ornette Coleman - Sonny Rollins

Et aussi que ... Mais je ne vais jouer à Lionel Eskenazi. Un extrait vidéo concernant les années 57-60

Et les musiciens ne sont pas en reste. Ils connaissent leur Rollins sur le bout des doigts, viennent parfois titiller Lionel Eskenazi, se font un devoir de se dépasser, de partager leur admiration du bonhomme.
Une leçon d'amour.
Citons-les : Eric Barret (ts), Olivier Hutman (p), Philippe Soirat (dr) et Jacques Vidal (b) le grand ordonateur.
Un beau thème, Valse Hot :


Naturellement, ce genre de concert ne peut que nous inciter à faire mouliner Google à la recherche de vidéos, de références. Je n'y ai pas échappé, et comme "Saxophone Colossus" est l'indispensable enregistrement, j'ai cru utile de vous le donner à entendre ...

... de même qu'un thème, Doxy, joué en compagnie de Don Cherry dans "Our man in jazz" (1962).


C'était la dernière de la saison. Lionel Eskenazi ne savait pas encore si ses concerts thématiques seraient repris à la rentrée. A suivre donc.

Pour finir, quelques images ...

Lionel Ezkenazi lightJacques Vidal Light

Eric Barret lightPhilippe Soirat light

Olivier Hutman light

Retrouvez toutes les Brèves de concerts