2e chronique à propos d'un seul concert ? Pourquoi pas .
D'autant que ça inaugure une série de trois chroniques par Claude Parle

Benoit Cancoin photo FaceBook


Hèle, happe, hèle, ile en corps … Pizz à corps perdure … L’accord à vif sol …. y tu de … mais ça percute au si ! …Orbitales …

La ré sonnance oui, Monologue ? …

Cela, imperceptiblement est devenu dialogue mais sans origine évidente … Parce que l’archet se substitue au doigt, le poignet à la main …

S’enlier, oui, enlier le crin à la corde, le poil aux tripes ! …

Crins & chuchotements …

Mais au dedans du solo, à mi course, l’archet se fait supplique, sous son effet la corde chante, les harmoniques se développent, le son devient musique.

Il reste impossible à comprendre l’accord complet que l’instrument délivre lorsque toute l’étendue de son registre développe ses harmoniques en un long & sinueux parcours …

Déployer l’extension complète de ce long manche ramassé en un accord unique …

Comment est-ce en fin possible ?

y aurait t-il une note qui ls contiendrait toutes ? …

Etait-ce là ce que Platon avait halluciné ? …

Est-ce là ce que Benoit a réalisé ? …

 

C.P

Une autre chronique là

...
Retrouvez toutes les brèves de concert .
...